Le sol et les semences – piliers de base de l’agriculture naturelle

L’ONU a déclaré l’année 2010 ‘année internationale de la biodiversité’. Depuis le sommet de Rio, les hommes politiques ont fait de la biodiversité naturelle un sujet d’intérêt commun et international, car elle constitue une des conditions de base même pour la vie sur cette planète.

La nature peut être considérée comme un système, comme un rouage vivant, où tous les acteurs coopèrent et communiquent. Chaque élément a son importance, rien n’est superflu. Au-delà des simples concepts de chaînes alimentaires, les relations entre les êtres vivants dans la nature sont multiples et profondément complexes.

Aux premiers débuts de la vie terrestre, il y avait des microorganismes considérés comme des formes de ‘vie primitive’. Toutefois, ces mêmes microorganismes constituent encore aujourd’hui la base indispensable de tous les processus biochimiques régissant les métabolismes des espèces vivant sur notre planète. Sans microorganismes il n’y aurait pas de formes de vie ‚complexes‘.

En gros, protéger la biodiversité naturelle signifie conserver les conditions de vie sur la planète terre. La richesse est un concept de base du fonctionnement de la nature. Sans la richesse de la biodiversité, toute la planète serait un désert.

La plus grande attention est alors accordée au problème de la déforestation des forêts tropicales qui servent de régulateurs du climat mondial et qui abritent une grande partie de la biodiversité terrestre.

Bien que la protection des forêts vierges soit un sujet d’une importance capitale, il ne faut pas oublier le monde infinitésimalement petit des microorganismes, et là, en particulier, il s’agit de ceux qui vivent dans le sol fertile, qui constitue la base de notre agriculture.

Conserver, protéger et augmenter la vie microbienne de nos sols arables est devenu un défi majeur depuis que le phénomène de la désertification des terres cultivables est reconnu comme un problème majeur de l’agriculture actuelle. Il convient de noter que la désertification des terres cultivables commence avec la diminution de la vie du sol; autrement dit, la vie (microbienne) du sol est la base même de la fertilité.

Un autre aspect méconnu de la biodiversité est celui de la diversité génétique des plantes cultivées. Depuis que le travail de production de semences pour l’agriculture est passé dans les mains de quelques firmes multinationales agissant au niveau global, et que la législation sur la commercialisation semencière est devenue de plus en plus complexe, voire restrictive, la richesse génétique des plantes cultivées a chuté de façon considérable. Là où il y avait des centaines, voire des milliers de variétés locales de céréales, de légumes et de fruits, on ne retrouve souvent, dans un nombre croissant de régions du monde, que quelques variétés peu nombreuses appelées variétés ‚universelles‘ dans le sens de ’standardisées‘.

La FAO estime que 75% de cette richesse des variétés locales héritées de nos ancêtres ont déjà disparu, chiffre que l’on préférait considérer comme exagéré.

La diversité génétique des plantes cultivées, en fait, constitue la base fondamentale de la sécurité alimentaire. Elle représente un facteur beaucoup plus important que toute démarche au niveau des techniques agricoles visant à la simple quantité des taux de récoltes.

Cette base naturelle ne peut pas non plus être remplacée par l’utilisation des produits chimiques ou des plantes génétiquement modifiées. De nos jours, l’intelligence humaine, malgré tous les progrès scientifiques, touche à ses limites. Le retour à la sagesse de la nature devient indispensable à la (sur)vie de l’humanité.

Une agriculture qui s’accorde à cette sagesse va pratiquement toujours se baser sur deux piliers, qui sont le sol et les semences.

par Frank Adams, maraîcher et enseignant, Luxembourg
en guise d’introduction au débat sur les semences
lors de la conférence sur l’avenir de l’agriculture
au château d’Ansembourg au mois de décembre 2010

Den vollständigen Artikel können Sie auch hier: le sol et les semences – piliers de base de l’agriculture naturelle herunterladen.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.